Boutique en ligne

Découvrez mes plus récents tableaux et faites leur acquisition sur la boutique en ligne!

Makes Me Wonder

Makes Me Wonder
Makes Me Wonder
Makes Me Wonder
Makes Me Wonder
Makes Me Wonder
Makes Me Wonder
Makes Me Wonder
Makes Me Wonder
Makes Me Wonder
Makes Me Wonder

Makes Me Wonder

6,000.00

Louis-Bernard St-Jean
2017
Huile sur toile
48" x 60" x 3.5"  (121 X 152 X 9 cm) 

Inspiration : Stairway to Heaven de Led Zeppelin
 

 

Acheter

À propos de ce tableau

Chanson de Led Zeppelin aux origines controversées, Stairway to Heaven est souvent référée comme l’une des plus grandes chansons rock de tous les temps.

Le son de Stairway to Heaven se traduit comme une quête spirituelle, à la fois mystique et mystérieuse, qui entre en conflit avec le sens attribué des paroles, celui d’une femme qui trouve le bonheur par les biens matériels, tentant ainsi d’acheter sa place au Paradis.

L’aspect apaisant quasi-spirituel du tableau Makes Me Wonder (une expression fréquemment répétée dans les couplets), aux tons d’or, d’argent et de bronze sur fond blanc, et sa composition établie tel un escalier (ou d’une courbe de croissance d’un indice boursier) illustre l’ambivalence entre la spiritualité et la richesse.

J’ai voulu ainsi dans ce tableau tracer un parallèle entre le côté émotionnel de l’art d’une valeur inestimable, à l’opposé celui la valeur mercantile du tableau en tant qu’objet; l’ambivalence entre créer librement et vivre de sa passion (l’art) sans se retrouver étouffé par le carcan du matérialisme, et le besoin constant et [op]pressant de gagner sa vie en tant qu’artiste.

 

Écrite sur une longue période, sa composition aurait d’abord débuté en 1970 à Bron-Yr-Aur au Pays de Galles, où Jimmy Page y aurait assemblé la première partie de cette chanson à partir d’échantillons sonores provenant d’une enregistreuse à cassette qu’il traînait toujours avec lui. Robert Plant aurait par la suite déclaré avoir couché soudainement les premières paroles sur papier par écriture automatique alors que Page jouait les accords : “There's a lady is sure, all that glitters is gold, and she's buying a stairway to heaven”, justifiant le sens de ce couplet comme « quelque chose de cynique à côté d'une femme qui avait tout ce qu'elle voulait tout le temps sans réfléchir. La première ligne commence avec ce balayage cynique de la main... et elle s'est calmée après cela. » 

Or, les paroles reflètent exactement ses lectures du moment : les ouvrages d’un antiquaire Britannique du nom de Lewis Spence, au point qu’il se résolut éventuellement à créditer un livre de l’auteur, Magic Arts in Celtic Britain, comme l’une des sources de la chanson. Mais la vraie controverse provient d’une ressemblance flagrante avec Taurus, une composition instrumentale écrite deux années plus tôt par Randy California du groupe Spirit… Une ressemblance gênante au point que le bassiste de Spirit, Mark Andes, aura finalement formulé quarante-cinq ans plus tard une plainte en droits d’auteurs contre Led Zeppelin, qui avait joué avec Spirit en première partie du North American Tour de 1968–1969…